Share on facebook

Prochain RDV

Championnats du monde XM

Kirchberg (AUT)

29 juin 2013

Partenaires

Bannière
Bannière

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui20
mod_vvisit_counterHier24
mod_vvisit_counterCette semaine153
mod_vvisit_counterTotal402466

Pierre-Geoffroy Plantet, le VTT-iste
Le dossard 101, ça Roc ! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Samedi, 20 Novembre 2010 15:32

Effectivement, comme il l'espérait, la malchance l'a épargné pour sa dernière course de la saison 2010, ce qui lui a permis de finir à une belle 19ème place, et 3ème Français. "Ca fait plaisir de ne pas avoir d'ennuis mécaniques pendant toute une course, j'avais presque oublié à quel point c'est agréable ; en plus, j'étais assez content du résultat parce que ça a roulé très très fort, comme d'habitude au Roc d'Azur, et les écarts ne sont pas très importants à l'arrivée."

C'est peut-être son dossard, 101, qui lui a porté bonheur. Non, non, pas d'inquiétude, il n'a pas autant rétrogradé au classement UCI, c'est tout simplement que velo101, le célèbre site internet, l'a pris sous sa "protection" pendant tout le weekend, le poursuivant partout avec une caméra pour voir à quoi ressemble la préparation d'une telle course VTT pour un coureur professionnel. Vous aurez donc droit, pour cette fois, à un compte-rendu en images et son en cliquant ici.

 
Championnats de France Marathon : encore une crevaison "porte-malheur"... PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Mardi, 28 Septembre 2010 08:30

Troisième crevaison consécutive en course pour Pierre-Jo... A croire que la poisse le poursuit en cette fin de saison... "J'ai beaucoup de regrets pour ce weekend, parce que je pense que j'avais une bonne forme. J'étais en tête avec Maxime, j'étais facile en montée, à l'aise en descente malgré la pluie... En plus, j'ai fait tout ce qui était techniquement imaginable pour ne pas crever une fois de plus : j'ai mis des pneus tubeless avec des chambres à air ! Et pourtant... je me suis retrouvé avec une crevaison lente un peu avant la mi-course.

Je n'ai aucune idée du moment où j'ai pu faire une erreur, j'étais très propre en descente, je n'ai pas pris de risques inutiles, surtout que ça glissait à mort..."

Mais ce n'est même pas cette crevaison qui a eu raison de sa course. Pierre-Jo en profite pour changer les 2 roues et part avec un retard d'environ 5 minutes sur le premier. "Mais je savais qu'il restait plus de 2 heures de course et j'avais de bonnes sensations. Je suis donc parti en pensant que le retard était quand même ratrappable, au moins en partie. En plus, repartir avec un vélo quasi propre sur un parcours aussi boueux que celui-là, ça ne peut que redonner de l'élan."

Il rattrape vite un groupe de quatre coureurs, dont Vivien Legastelois, qui prend le relais en tête. Peu de temps après, à une bifurcation, ce dernier confond malheureusement orange et violet sur le balisage... Après quelques secondes, Pierre-Jo se demande s'ils sont sur le bon parcours. "Quand on a quelqu'un devant qui est à fond, on a tendance à suivre. Je n'ai donc pas fait gaffe à tout instant au chemin que prenait Vivien." Mais un bénévole qu'ils croisent le contredit dans ses doutes et leur confirme qu'ils sont sur le bon parcours. "On a donc fait 2-3 km de montée raide avant de se rendre compte qu'on était en effet sur le parcours, mais sur celui de la randonnée et non pas de la course !

C'est seulement là que j'ai laissé tomber. Avec plus de 15 minutes de retard, le temps de retrouver le chemin de la course, c'était mort. J'étais dégoûté."

Il finira donc une fois de plus en randonneur. Il s'arrêtera même pour aider un motard à sortir sa moto d'un fossé, la course n'avait plus aucun enjeu pour lui.

Dommage, une fois de plus. "Il me reste le Roc d'Azur dans deux semaines, j'espère que la malchance va m'épargner cette fois, pour pouvoir finir la saison sur une note plus optimiste."

 
Sélection mondiaux : entre frustration et dépit PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Vendredi, 13 Août 2010 09:28

« Et oui, j’ai osé espérer jusqu’au dernier moment, jusqu’à vendredi dernier, quand on m’a annoncé que je n’étais pas sélectionné pour les Championnats du Monde de cette année. J’ai osé espérer cette sélection puisqu’une fois de plus, cette année, je pense que j’ai fait des progrès. La course de Champéry, où je tournais dans le top 15 mais j’ai été refroidi par cette crevaison qui m’a fait chuter, aurait peut-être pu être un argument à ma sélection. Ou alors ma régularité sur cette saison de Coupe du Monde (26ème, 29ème, 35ème, 36ème, 42ème, NDLR), en dépit des problèmes techniques que j’ai eus sur 3 des 5 courses… Ou bien ma régularité sur les trois dernières courses avant la sélection, avec la 5ème place aux Championnats de France, à 10 secondes de la 4ème. Mais rien n’a suffit. « L’équipe de France Elite hommes a un potentiel équipe très fort », me répond-on. Pourquoi alors, avec ce niveau relevé et plus homogène, ne sélectionne-t-on que autant de coureurs, voire moins qu’à l’époque où le fossé entre le trio olympique et le reste des coureurs paraissait infranchissable ? Cela me semble un peu paradoxal. Il y a 3-4 ans, on était sélectionné en équipe de France pour une régularité dans le top 50 en Coupe du Monde. Aujourd’hui, ma 32ème place au général n’a pas été assez convaincante...

J’ai d’autant plus de regrets que, contrairement à la route - où on se plaint que la France n’a un quota « que » de 6 coureurs au lieu du maximum de 9 (NDLR : source : velo101)- en VTT, alors que l’on rapporte beaucoup plus de médailles mondiales et olympiques, on n’envoie que 4 coureurs sur les 7 possibles… La France semble être un des rares pays où les quotas Cross-Country ne sont jamais remplis, malgré ce niveau relevé que l’on nous vante. Problème de budget ? Pourtant cette année on n’a pas été présents aux Championnats d’Europe… De plus, en regardant le classement général de la Coupe du Monde, je constate que tous les coureurs français ou étrangers avant moi et tous ceux qui me suivent dans le classement y seront présents…

Bref, dépit et frustration ont été mes réactions à l’annonce de cette sélection. Ce n’est pas une source de grande motivation pour continuer à progresser quand on voit que nos efforts et nos progrès sont si facilement ignorés. Qu’on ne s’étonne pas si dans deux ans il y aura de nouveau un fossé entre les 2 meilleurs élites et le reste des coureurs… »

Heureusement pour Pierre-Jo, le VTT n’est pas son unique source de satisfaction et de succès. Son travail comporte des défis au moins aussi challengeants à relever, il s’y tourne maintenant avec toute l’énergie qu’il aurait pu mettre au service des mondiaux de VTT…

 
La Forestière 2010 : de l'importance des valves PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Mardi, 21 Septembre 2010 14:31

Pour la fin de la saison, Pierre-Jo se tourne comme d'habitude vers les courses format marathon. Cette fois, avec la seule différence que la motivation n'est plus là. "Après s'être bataillé en Coupe du Monde dans les 20-30 premiers sans la reconnaissance tant attendue, c'est dur de se remotiver à l'entraînement pour les quelques courses qui restent... Je faisais les exercices que Micka [son entraîneur, ndlr] me concotait à chaque sortie, mais sans plus d'entrain que ça."

Néanmoins, la perspective de la participation à la Forestière lui était bien agréable, vu qu'il l'avait gagnée en 2008, la dernière fois qu'il y a pris le départ. En plus, "ça fait toujours plaisir de participer à des courses avec une telle organisation. Malgré le grand nombre de participants, le parcours très long et la logistique bien difficile, tout est toujours nickel. C'est incroyable."

Il n'a malheureusement pas été en mesure de défendre son trophée... "Le matin même, je me suis réveillé avec un horrible mal de gorge. Je ne pouvais rien avaler, j'avais même du mal à boire. Là je me suis dit que la course allait être longue..." Dans la première moitié du parcours, il arrive quand même à rester aux avant-postes. "Au début on était quatre dans le groupe de tête : François [BM], Alexander [Moos], Thomas Dietsch et moi. Ensuite, François et Alexander partent devant, je suis 3ème pendant un bon bout de chemin, puis la situation s'inverse avec Thomas qui me rattrape et me double. Mais pas très longtemps après, la course finit pour moi : je crève... En soi, cela n'aurait pas été bien grave, j'avais prévu de quoi réparer. Sauf que... la valve de ma chambre à air était trop courte pour les jantes qui étaient sur mon vélo... Je suis donc obligé de marcher jusqu'au poste technique tout en voyant des dizaines de coureurs me passer sur le vélo. Je finis en mode rando, en plus en fringale car j'avais pas beaucoup mangé le matin à cause de ma gorge... Bref, je suis resté sur ma faim, au sens propre et figuré du terme."

Ironie du sort, il échoue quand même dans le top 20 (19ème), chiffre magique de cette saison pour la sélection aux mondiaux...

Et pour finir, il semblerait que ses réactions sur la sélection française ne sont pas passées inaperçues dans le milieu (des coureurs, du moins...). Le Progrès y fait écho aussi, quelques jours avant le départ de la Forestière. A lire ici : P.G. Plantet pour un doublé.

 
Coupe du Monde #4 Champéry PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Mardi, 27 Juillet 2010 08:42

Cette fois ce n'est pas un top 20, mais un top 15 que Pierre-Geo a raté de peu...

La course commençait bien, conformément à la stratégie qu'il s'était fixée : départ placé mais sans trop s'affoler, aux alentours de la 20ème place après le start loop. Puis une remontée aux sensations, suite à laquelle Pierre-Geo se retrouve en rythme de croisière à jongler entre la 13ème et la 14ème place. "J'avais d'excellentes sensations ce weekend, en plus le parcours me convenait très bien. Je pense que j'aurais largement pu tenir le rythme imposé dans les 15 premiers."

Sauf que... à la fin du 3ème sur les 6 tours, sur une marche dans une descente racineuse, Pierre-Jo déjante de l'avant. "Ce n'était pas dans le grand saut que tout le monde redoutait. Et heureusement d'ailleurs, parce que là les conséquences auraient pu être beaucoup plus sérieuses... Dans la descente à l'opposé du circuit, en me lançant sur un saut de marche, mon pneu avant se décolle. Etant déjà dans l'air, c'est trop tard pour réagir... et la réception sur la jante s'est bien sûr soldée par une belle chute... Mais sans gravité, heureusement. Ca m'a quand même bien refroidi, je me suis fait peur, j'ai eu un peu de mal à retrouver mon rythme par la suite. D'autant plus que j'ai été obligé de faire le reste de la descente à pied, ce qui m'a bien cassé les jambes..."

Il repart du poste technique aux alentours de la 30ème place et avec 4-5 minutes en plus au compteur... Il arrivera néanmoins à remonter quelques places, certaines grâce au grand saut, nouveauté de cette année, qu'il avait bien repéré le matin même.

Et en dépit de tous ces soucis, il égalise sa meilleure performance en coupe du monde -26ème- laissant ainsi penser que sa marge de progression est loin d'être finie...

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Suivant > Fin >>

Page 5 sur 9

Cette année, on roule pour...

Recherchez

Sondage du moment

Votre meilleur souvenir de Pierre-Jo, c'est...
 

L'autre vie de Pierre-Jo

Share on facebook

Prochain RDV

Championnats du monde XM

Kirchberg (AUT)

29 juin 2013